Glacière historique

Une histoire ancienne

L’identification des glacières médiévales fait l’objet de controverses entre les archéologues en raison de l’absence de typologie spécifique de ces constructions. Elles sont considérées par certains comme des fosses d’aisance, des dépotoirs, des silos, voire des oubliettes, à défaut de textes attestant l’existence de glacières.

Toutefois, en Europe, de nombreux châteaux étaient équipés d’installations spéciales pour la conservation de la glace jusqu’à la fin du xixe siècle. Il s’agissait de grandes pièces enterrées, ou bien de vastes puits, dans lesquelles on entassait de la glace récoltée sur les plans d’eau en hiver. La fosse était généralement construite plein nord, chapeautée par un ouvrage maçonné, lui-même recouvert d’un monticule de terre pour une meilleure isolation. Dans la fosse, la glace était isolée du sol et de l’air extérieur par de la paille et des branchages. Pour réduire la circulation d’air, des seaux d’eau étaient régulièrement ajoutés, l’eau en coulant se solidifiait et permettait de combler les vides. L’eau de fonte était collectée dans une excavation aménagée en partie basse du puits pour faciliter son élimination.

La glace ainsi disponible permettait de rafraîchir mets et boissons et de confectionner des glaces et sorbets tout au long de l’année.

La glacière historique du Château de Vullierens a été découverte en 2018 suite à des travaux, elle mesure 4 mètres de profondeur et 3 mètres de large.